Accueil > Picardie Déco N.4 > Le paillage, esthétique et écolo !

Le paillage, esthétique et écolo !

C’est le rêve de beaucoup de jardiniers en herbe : avoir de beaux massifs, mais ne pas passer ces jours de repos à les désherber ! Et pour ça, il existe une solution toute trouvée, le paillage. Qu’il soit végétal, minéral ou artificiel, il offre en plus d’un gain de temps considérable de nombreux autres avantages écologiques…

Le paillage, esthétique et écolo !Le paillage permet certes de réduire le temps d’entretien de ses massifs, mais c’est aussi et surtout un bon moyen de jardiner en étant soucieux de l’environnement !
Le paillage permet d’abord de limiter la pousse des mauvaises herbes, donc d’éviter le désherbage chimique. Comme il empêche la lumière d’atteindre la surface du sol, les mauvaises herbes n’ont pas la possibilité de germer et donc de se développer !
• Pailler limite aussi l’évaporation de l’eau du sol, en l’absorbant et maintenant l’humidité du sol. Résultat : moins d’arrosages.
• Le phénomène de battance (lorsque la terre se tasse sous l’action de la pluie) des sols argileux est évité, puisqu’il protège le sol des aléas climatiques.
• Les insectes utiles aiment les matériaux utilisés pour le paillage, on leur permet du même coup de trouver un refuge durant l’hiver. Et pour les véritables amis des plantes, il faut savoir que grâce au paillage, leur stress est diminué et qu’elles seront moins exposées aux troubles de croissance et moins sensibles aux attaques parasitaires !
Pour mettre en place son paillage (aussi appelé mulch ou mulching), efficace à partir de 7 cm bien répartis, il faut d’abord désherber le sol, opérer un décompactage suivi d’un nivelage fin. Il existe trois catégories de paillage : les organiques composés d’éléments végétaux, avec les écorces de résineux, comme le broyat de feuillus, l’écorce ou les aiguilles de pin et les copaux de bois, peints ou naturels. On peut aussi opter pour les pailles (paillettes de lin ou de chanvre), les coques de cacao ou de noisette et les cosses, de noix de coco, ce qui permet en plus de recycler utilement les restes des repas. Les plantes vivantes tapissantes comme les sagines, arabis et phlox conviennent également. Pour les minéraux, le choix est vaste : galets, graviers décoratifs, verre pilé, roches volcaniques comme la pouzzolane, ou des ardoises pilées. Les paillages artificiels, forcément moins naturels, mais tout dépend de l’effet recherché, se font eux à l’aide de bâches plastiques en polyéthylène tissé ou de feutres en fibres végétales. Certaines plantes ne supportent pas tout type de paillage : Le paillage, esthétique et écolo !pour celles qui se plaisent sur des sols calcaires, il est conseillé d’éviter l’écorce de pin, plutôt acide, et de préférer la paille de chanvre. Et il vaut mieux réserver les aiguilles de pin, les feuilles des arbustes persistants et des thuyas aux allées et sentiers de jardins, elles se dégradent difficilement.
On peut aussi décider pour créer des différences de matériaux dans le jardin et souligner visuellement les massifs, de mixer ces différents paillages, la paillette de chanvre, aux tons jaunes, se marie parfaitement avec la pouzzolane couleur ocre. Sur une bâche plastique, il est aussi possible de disposer des galets de différentes couleurs, pour un graphisme décalé et personnalisé. Et si on a définitivement succombé aux charmes et vertus du paillage, il est possible de l’appliquer au potager, au verger… et même dans les pots et jardinières !