Accueil > Picardie Déco N.4 > Récupérateur d’eau : économique et écologique

Récupérateur d’eau : économique et écologique

Faire des économies sur l’eau et arroser écolo ? C’est possible en installant un récupérateur d’eau de pluie. Hors sol ou enterré, petite ou grande cuve, il s’adapte à toutes les surfaces. Il suffit juste de suivre quelques règles de base pour en optimiser l’utilisation…

Récupérateur d'eau : économique et écologiquePour un mètre cube consommé par ménage en France, 17 l m² sont consacrés à l’arrosage du jardin. Pour un jardin de 200 m², 40 m3 d’eau sont nécessaires, avec un prix moyen de 4,87 € par mètre cube, le coût à l’année est de… 194,80 € ! Et face à l’augmentation constante du prix de l’eau, trouver des solutions pour réduire sa consommation, c’est plutôt bienvenu. Même si installer un récupérateur d’eau demande un menu investissement, celui- ci est vite amorti, et si vous le faites poser par un professionnel, vous pouvez même obtenir un crédit d’impôt de 25 %. Pour une maison de 80 m² au sol en Picardie, avec une pluviométrie de 750 l m² an, vous pouvez récupérer 75 m3 par an, ce qui n’est pas négligeable. Avantage financier donc mais aussi écologique : l’eau de pluie est faiblement minéralisée, légèrement acide, ce qui est apprécié des plantes et légumes, plus que l’eau de ville calcaire et chlorée.

 

Ce qu’il faut savoir pour installer un récupérateur d ‘eau

Les cuves vont de 200 à 10 000 litres, enterrées ou hors sol reliées à la toiture, et 80 à 90 % de l’eau tombant du toit peuvent y être récupérés. Avant de vous lancer, estimez la quantité d’eau dont vous aurez besoin, à titre d’exemple, pour un jardin ou un potager de moins de 50 m², il vous faudra 150 à 500 litres d’eau par an, pour un espace de moins de 100 mètres, de 500 à 1 500 litres.
Pour une cuve enterrée, il faut creuser la fosse d’au moins 30 centimètres pour que le gazon puisse pousser audessus, l’entourer d’un lit de sablon, afin d’éviter qu’elle ne se perce. Si vous optez pour une cuve hors sol, pensez à l’installer sur une surface plane.
Récupérateur d’eau : économique et écologiqueN’oubliez pas de prévoir un système de pré-filtration en sortie de gouttière, pour éviter que les feuilles mortes, insectes et autres débris ne bouchent le système de la pompe (vous pouvez également couvrir la cuve d’une grille, pour le même résultat). Les gouttières en PVC®, zinc ou faïence sont plus adaptées, de même que les toits en ardoises ou tuiles, qui permettent de récupérer une eau plus pure que ceux en aluminium, goudron et autres matériaux synthétiques. Pour un bon usage du récupérateur, mieux vaut nettoyer la gouttière deux fois par an, et installer à sa descente un collecteur de gouttière, certains sont même équipés de filtres. Avec ce système, l’eau sera propre et claire et vous êtes assurés de ne pas avoir de vase à sa surface ! Et si vous n’avez pas envie d’ouvrir régulièrement votre cuve pour vérifier qu’elle n’est pas vide, certaines sont pourvues d’un indicateur de niveau.
Vous pouvez aussi alimenter vos tuyaux d’arrosage en intégrant une pompe et un suppresseur, dans la cuve ou un local, et pour éviter les débordements, prévoyez également un trop plein. Il faut aussi penser en hiver à vider les réservoirs d’eau s’ils sont à l’extérieur, et si vous avez de l’espace, les entreposez à l’abri. Pour les adeptes du système D, vous pouvez à la place d’une cuve transformer un tonneau ou une grande bassine en récupérateur d’eau !