Accueil > Picardie Déco N.4 > Slow gardening, jardiner moins, mais mieux !

Slow gardening, jardiner moins, mais mieux !

Vous rêvez d’un jardin bien entretenu mais vous refusez d’en être esclave ? Le slow gardening est fait pour vous ! Le concept qui nous vient directement des Etats-Unis prône un jardinage décontracté…

Slow gardening, jardiner moins, mais mieux !Jardiner, c’est du travail, et lorsqu’on a déjà une vie active bien remplie, on n’a pas forcément envie de passer son temps libre à désherber et à entretenir ses plates-bandes. Pour que ce loisir ne se transforme pas en véritable corvée du dimanche, adoptez la slow attitude ! Il ne s’agit pas de laisser votre jardin à l’abandon et de laisser faire Dame nature, mais en suivant quelques pistes et en adoptant des conduites guidées par le bon sens, vous vous éviterez des tâches inutiles. En premier, si vous rêvez d’un jardin parfaitement entretenu, révisez à la baisse la surface, pour être sûrs d’atteindre votre objectif, inutile de se lancer dans l’agencement d’un grand espace si vous n’avez pas suffisamment de temps, et d’énergie, à y consacrer ! Il ne faut pas pour autant céder à la facilité, jardiner est un art, et se projeter dans l’avenir, en prévoyant par exemple la croissance des plantes, en suivant le rythme des saisons… est plus que nécessaire ! Un peu de jardinage tous les jours permet de ne pas se retrouver débordé et envahi par les mauvaises herbes, et de contribuer au bien-être physique et mental, en aménageant des coins dans votre jardin propices à la détente, banc, bassin, coin repas…

Une approche écologique

Le slow gardening fait du jardin un lieu de vie plus qu’un lieu à montrer, l’idée étant d’en profiter pleinement au quotidien. Et pour y parvenir, quatre dogmes suffisent : être décontracté (pour un jardinage serein) ne pas se compliquer la vie, ne pas dépenser des fortunes et adopter une attitude écologique. Premier précepte : évitez les surface engazonnées et installez des aires gravillonnées, des plantes couvre-sols ou des prairies fleuries. Pour les grandes surfaces, vous pouvez créer un jardin sec sur graviers, et cultivez-y des plantes appréciant le sec et le soleil, en recouvrant le sol de sable ou de graviers.
Il vaut mieux choisir des haies libres, en mélange d’espèces ou des sujets plantés en forme libre plutôt que des haies taillées au cordeau. Posez des allées en calade de bois, dallages ou caillebotis, ce qui vous évitera de sortir trop souvent la tondeuse à gazon! Recouvrez vos massifs de paillis ou de plantations denses, ce qui limitera l’apparition de mauvaises herbes.
Slow gardening, jardiner moins, mais mieux !Pour vous éviter une charge de travail supplémentaire, choisissez des plantes dociles et faciles à vivre, fuyez les dernières nouveautés nouveautés des catalogues, les plantes exotiques – trop sensibles au froid et qu’il faut protéger l’hiver –, pour des plantes dites de grand-mère, qui ont l’avantage de se multiplier. Achetez local, et des plantes issues de semis ou bouture, demandez conseil auprès d’un pépiniériste local qui vous orientera vers des plantes du terroir. Les plantes bulbeuses ne nécessitent pas un entretien régulier et fleurissent plusieurs années. Autre alternative : les arbustes, moins contraignants, les espèces variées et nombreuses fleurissent tout au long de l’année et la plupart n’ont besoin que d’une taille par an.
Avoir la slow attitude, c’est aussi avoir une approche écologique, en évitant entre autres d’utiliser des produits chimiques, en favorisant la biodiversité, vous reproduirez petit à petit un équilibre naturel. Mélanger dans un même massif ou jardin des plantes de différentes espèces (vivaces, arbustes, grimpantes…) permettra de limiter l’apparition intempestive d’insectes nuisibles et des maladies. Pensez à recycler vos déchets ménagers et ceux du jardin (tontes, feuilles mortes…) dans un tas de compost, vous récolterez ainsi un substrat riche et des paillis.